30 mai 2016

JEUX VIDEO - 1996-2016 : Tomb Raider, l'évolution


20 ans déjà ! Et oui, c’est en 1996 que la saga Tomb Raider a vu le jour sur console et PC. Ce n’est pas peu dire que de la considérer comme l’une des plus grandes références vidéoludiques des 20 dernières années. Notre chère héroïne a connu bien des explorations à travers le monde et s’est complètement métamorphosée depuis l’aventurière à la poitrine triangulaire et au chignon carré que nous avons connu les premières années. Voyez plutôt.

1996-2004


Le petit bijoux de Core Design débarque en novembre 1996 et plait tout de suite au public fan d’action et d’aventure, ce que le jeu saura proposé à travers la majorité de ses opus. Immersion par les sons, la musique, l’ambiance, les décors 3D, les personnages, le scénario, le rythme… un tout pour formuler une bonne recette ! Ce n’est pas pour rien si le jeu vie encore aujourd’hui, et que les sorties s’enchaînent les premières années. Chaque mois de novembre, ce n’était pas Call of Duty ou Battlefield que nous attendions, mais bien Tomb Raider. Tous les ans entre 1996 et 2000 un nouveau chapitre fait son apparition et ne déçoit pas. Les histoires sont toujours recherchées, complexes, demandes des heures et des heures de jeu afin de résoudre en permanence des énigmes toujours renouvelées. Même si le 5e épisode se détache un peu des autres (uniquement des flashs backs suite à la présupposée mort de Lara Croft), il se rattrape grâce à son extension Level Editor. Core Design a servi aux joueurs sur un plateau ce qu’ils demandaient depuis longtemps : la création de niveau. Du coup on arrive à pas trop s’en plaindre finalement.

Arrive en 2003 le sixième volet Tomb Raider : L’Ange des ténèbres. 3 ans d’attente, ça promet du lourd ! Nouveau moteur graphique, une Lara remodelée, la nouveauté de jouer un nouveau personnage : Kurtis, une histoire de complot, pas mal du tout non ? Non ?... Et bien non, loupé malheureusement. Jeu simpliste, une maniabilité pas tip top, des graphismes au combien décevants quand on compare à d’autres jeux de la même année, très peu d’énigmes alors qu’il s’agit de l’essence même du jeu, et des bugs. Les fans sont déçus, boudent le jeu, et y voient la fin d’une saga culte. Mais Eidos n’a pas dit son dernier mot, et la solution radicale tombe : au revoir Core Design, bonjour Crystal Dynamics à peine 1 mois après la sortie du jeu.


2006-2009

Cette fois, trois années ne seront pas de trop pour voir apparaître la suite des aventures de Lara Croft. En Avril 2006 débarque Tomb Raider : Legend qui ne rencontre pas la chute de son prédécesseur, bien au contraire ! Il se place tout de suite en tête de vente dans la plupart des pays, et il y a bien une raison à cela : le jeu est un renouveau total et renoue avec l’esprit des anciens, tout en arborant un aspect graphique superbe ! Design magnifique, des graphismes revus à la hausse, meilleur gameplay, mais une durée de vie malheureusement limitée (comptez environ 10 heures pour terminer le jeu à 100%).

Cependant, attention surprises. Oui, oui, surpriseS et pas des moindres ! En plus d’une histoire prenante, celle-ci comporte énormément d’éléments de réponses et de retour aux sources. Tout d’abord, on y retrouve Natla, l’ennemie que l’on rencontre dans le tout premier jeu. Ce n’est pas tout, ces retrouvailles sont mis en lien directement avec le passé, jusqu’alors inconnu, de Lara et sa famille, notamment la mort de sa mère et la perte de son père. Autant dire que le scénario ne nous laisse pas de marbre et nous tient en haleine jusqu’au bout. Dernière surprise, une trilogie est prévue ! C’est ainsi que l’année suivante sort Tomb Raider : Anniversary, il s’agit en réalité du premier Tomb Raider mais remis au goût du jour avec des graphismes évidemment bien plus modernes. On y retrouve donc bien notre Natla et cette fois-ci des éléments scénaristiques sont ajoutés pour permettre un lien avec Tomb Raider : Legend et Tomb Raider : Underworld qui sortira en novembre 2008. Il s’agira d’un jeu beaucoup plus sombres comprenant double maléfique et mythologie nordique dans une ambiance très portée sur l’action et avec un environnement beaucoup plus interactif. Même s’il est dans la lignée de ses deux prédécesseurs, la qualité est encore meilleure : jeu d’ombres et de lumière, réalisme augmenté (notamment avec l’eau, la boue, le vent), et une qualité de mouvement supérieure grâce à l’entrée de la motion capture dans la saga. Mais malheureusement, une durée de vie encore plus diminuée, ce qui commencera à décevoir un peu. De plus le jeu se complètera par deux extensions, certes sympathiques mais critiquées en termes de prix/longévité.

Autant dire que le pari d’Eidos est tout de même réussi ! La trilogie redore complètement la série qui ne comportera finalement qu’un seul gros échec, ce qui, parmi 9 opus, se laissera largement excuser. Elle aura permis aux joueurs d’avoir un lien plus fort avec notre héroïne et de boucler une histoire au combien riche et passionnante qui aura durée 12 bonnes années.


2010 - …

Grand chamboulement, Eidos se fait racheter par Square Enix (Final Fantsay entre autres) et la série prend un énorme tournant : reboot ! On ne l’avait pas trop vu venir, même si effectivement, il fallait sans doute ça pour relancer un peu le jeu. Crystal Dynamics est toujours présent à la conception, et on ne s’en plaindra pas quand on voit ce qu’ils ont pu faire précédemment. En 2013 sort Tomb Raider (des fois que vous doutiez qu’il s’agisse d’un reboot). Cette fois-ci l’histoire de notre héroïne sera le cœur même de ce nouvel opus, elle sera alors âgée de 21 ans, et se retrouvera livrée à elle-même dès le début du jeu. Celui-ci sera plus violent, destiné à un public plus adulte et qui évoluera dans un environnement et une réalité à couper le souffle. Il tranche réellement avec ce qu’on a pu connaître. Le fondement même du jeu se base sur la survie et le combat. Il ne s’agit non plus d’un jeu de plateforme à énigmes (même s’il en restera toujours, faut pas déconner), mais plutôt d’un jeu à monde plus ouvert avec de vastes espaces, où il faudra vous armer de patience afin de rassembler des collectables pour améliorer les compétences de Lara et de ses armes. Si vous désirez finir le jeu à 100%, vous pourrez ainsi facilement tripler la durée de vie du jeu, mais ceci n’est en rien une obligation pour terminer l’aventure sans encombre et difficulté. Ceci sera au bon vouloir de chacun. Rise of the Tomb Raider voit le jour en novembre 2015 et sera le digne successeur de notre reboot : plus long, plus beau, que demander de mieux ? Si, peut-être un peu moins de collectables, missions, tombeaux facultatifs. Ce sera peut-être le seul point négatif de ce dernier épisode : si l’effort mit dans le contenu facultatif avait était mieux investi dans l’histoire même, on aurait frôlé la perfection !

Lara Croft vue d’en haut

Je ne pouvais pas ne pas en parler car cette série dérivée est loin d’être mauvaise mais se situe assez loin de ce que nous avons l’habitude de connaître. Lara Croft and the Guardian of Light ainsi que sa suite Lara Croft and the temple of Osiris sortis respectivement en 2010 et 2014 seront donc, contrairement au reste, des spin-off présentés sous forme d’arcade. Le multijoueur est intégré et permet une nouvelle dimension qui n’est pas si désagréable une fois la maniabilité maîtrisée.


Bref ! Tout ça pour dire que si Tomb Raider dure depuis deux décennies c’est que cette franchise a toujours su se renouveler pour toujours plaire à son public et nous promet encore de belles années de jeu avec notre immortelle Lara.

GrelOtte

Geek à mes heures, cinéphile et passionnée par l'aventure et la nature

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire